Economie et statistiques Environnement et patrimoine
Métiers Qui sommes-nous ?
Réseau fluvial Tourisme et domaine
Transport fluvial


Transport fluvial

 Quels sont les acteurs du transport fluvial ?
Si 20 % de la flotte est "privée" - appartenant à des entreprises transportant leurs propres produits -, on dénombre plus de 1 500 entreprises de "transport public", artisans bateliers, petites flottes ou grandes compagnies transportant les marchandises de tiers. Des acteurs, qui avec la suppression du "tour de rôle" intervenu en 2000, ont su s'adapter aux exigences d'un marché libéralisé.

 Quelles sont les marchandises transportées ?
En plus des trafics des charbons, matériaux de construction, produits pétroliers et céréales, qui tous modes de transport confondus forment la majeure partie des transports, s'est ajouté depuis quelques années le transport de produits finis ou semi-finis à haute valeur ajoutée : véhicules et produits de toute nature très souvent en provenance des ports maritimes…
La conteneurisation permet en effet le transport des boissons, de vêtements, d'ordinateurs, d'appareils ménagers… Les nouvelles réglementations en matière de traitement des ordures ménagères et des déchets industriels offrent également de belles perspectives de développement du transport fluvial. Ainsi, la voie d'eau transporte aujourd'hui tous les types de fret à l'exception des produits frais.

 Quelles sont les garanties de sécurité du transport fluvial ?
Avec un taux d'accidentologie quasi nul, la voie d'eau est un mode de transport sûr : l'absence de saturation du trafic et la présence de logiciels de chargement garantissent la parfaite stabilité des embarcations. Le transport fluvial est donc particulièrement adapté au transport de matières dangereuses - pétrole, gaz ou produits chimiques - d'autant qu'il offre aux entreprises une forte capacité de transport limitant les manipulations de chargement et de déchargement. Il est également performant pour le transport de colis lourds ne rencontrant pas les contraintes des colis exceptionnels. Cependant, en prévision de l'intensification du trafic, VNF travaille à la prévention dans le cadre du programme "voie d'eau intelligente" : il s'agit de suivre les bateaux en temps réel, tout particulièrement au moment où ils traversent des espaces urbanisés.

 Quel soutien VNF peut-il apporter aux collectivités dans leur politique de développement du transport fluvial ?
L'établissement apporte ses compétences et son expertise aux collectivités locales soucieuses de développer le mode fluvial. Il peut s'agir de conseils directement liés à un besoin de la collectivité (transport des déchets ménagers par voie d'eau, par exemple), d'aide à l'élaboration de projet ou de soutiens financiers pour des aménagements (quais, ports, plates-formes multi-modales)… Présents sur l'ensemble du territoire, les agents de développement de la voie d'eau apportent leurs concours et leur connaissance du secteur et de ses acteurs, pour faciliter la concrétisation des projets des collectivités. Par ailleurs, l'élaboration des PLU et des PDU offrent des opportunités de développement de la voie d'eau.

 Quelles sont les aides proposées à la batellerie ?
Il suffit de consulter la rubrique « Transport fluvial / dispositif d'aides».
Pour plus d'informations, vous pouvez contacter la direction du développement

 Je suis batelier et je dois joindre en mars prochain Lille à Lyon, comment préparer mon itinéraire ?
Dans la rubrique « Capitainerie / avis à la batellerie », vous devez vous assurer de l¿accessibilité des voies que vous emprunterez en fonction des conditions de navigation. La cartographie interactive vous permettra de vous assurer que les dimensions de votre bateau vous autorisent ce trajet.

 Pouvez-vous m’envoyer une carte et des documents sur le transport fluvial ?
VNF diffuse sur simple demande une carte schématique des ports et classes de voies navigables en France et en Europe.
D’autres cartes sont éditées par des entreprises privées de cartographie dont les produits sont diffusés par la Librairie Verte, 36, avenue L. Pasteur – 34473 Pérols – tél. : 04.67.50.42.67.

 Quel est l'intérêt pour une collectivité d'aménager un port industriel ?
L'implantation d'un port industriel, ou plate-forme multimodale, permet à la collectivité de diversifier les modes d'approvisionnement de son territoire. En zone urbaine dense, ces ports assurent une desserte de proximité limitant d'autant l'impact de l'acheminement de marchandises par voie routière à l'entrée dans l'agglomération. A titre d'exemple, les ports linéaires du Port autonome de Paris en région Ile-de-France contribuent pour 80 % à l'approvisionnement des matériaux de constructions dans la capitale. En l'absence, de ce mode d'approvisionnement en cœur de ville, le trafic s'opérerait essentiellement par camion. Par ailleurs, assurer aux entreprises l'accès aux différents modes de transport constitue un atout essentiel pour le maintien, l'implantation et le développement industriel local et contribue à maintenir l'emploi.

 Quelles sont les actions menées par VNF pour le développement du transport fluvial ?
Outre les importants programmes de restauration et de modernisation du réseau fluvial qui concourent directement au développement du transport, Voies navigables de France met en place de nombreuses actions "catalyseur" envers l'ensemble des acteurs de la chaîne transport. Ainsi, il développe des politiques de filière en contractualisant sur des objectifs de trafic à l'image du contrat avec l'ONIC (Office national interprofessionnel des céréales) qui prévoit un doublement du trafic de céréales par voie d'eau à l'horizon 2010. Il coordonne également des politiques d'axes en fédérant les partenaires portuaires en présence autour d'objectifs communs renforçant la performance des installations et par là même la qualité de service offert aux usagers. Deux "contrats de progrès" ont ainsi été élaborés sur le Rhône et sur la Seine rassemblant les ports maritimes, les ports intérieurs et les gestionnaires des voies. VNF aide aussi les entreprises qui souhaitent utiliser le transport fluvial en étudiant leur projet, en leur proposant des solutions logistiques, mais également en octroyant des aides aux embranchements fluviaux diminuant les coûts d'investissement en échange d'une garantie de tonnage. Enfin, il mène de nombreuses actions de communication et sensibilisation des acteurs socioéconomiques au niveau national et européen en faveur d'une meilleure répartition modale du transport de marchandises.

 Quel soutien VNF apporte-t-il aux transporteurs fluviaux ?
L'Etablissement a mis en place un plan d'aides aux transporteurs visant à la modernisation du secteur et à l'accroissement de sa compétitivité. Il s'agit de faciliter l'accès à de nouveaux marchés et l'entrée dans la profession de batelier. Elément central du plan : l'aide à l'adaptation technique des bateaux.
Par l'allègement des charges d'investissement des transporteurs fluviaux, on répond à leur volonté de moderniser leur outil de travail. Car le défi des prochaines années est de disposer d'une flotte adaptée aux besoins des logistiques industrielles, renouvelée en nombre suffisant et répondant aux exigences environnementales. Par ailleurs, VNF met en place à travers son programme "voie d'eau intelligente" un nouveau système d'information des voies navigables qui permettra la télégestion du réseau, le suivi des bateaux et la dématérialisation des procédures. L'établissement s'intéresse également à la formation professionnelle et a soutenu la création d'une nouvelle formation diplômante de niveau Bac +2. L'Institut Supérieur de la Navigation Intérieure a accueilli sa première promotion en octobre 2003. Elle forme désormais de nouveaux acteurs du transport fluvial : créateurs d'entreprises de transport ou logisticiens des services de transport d'entreprises industrielles ou de services portuaires. Pour finir, VNF apporte une aide au démarrage de nouvelles lignes de transport combiné pour favoriser leur implantation.

 Pourquoi développer le transport fluvial ?
Propre, silencieux, fiable, économe, le transport fluvial constitue une alternative durable au mode routier. Un convoi (un pousseur et deux barges) équivaut à 220 camions de moins sur la route ou entrant en ville. Le réseau français dispose de grandes réserves de capacité : des grands corridors, prolongements naturels des ports maritimes ou espaces de transport transeuropéens, les infrastructures à grand gabarit peuvent sans aménagements nouveaux accueillir un trafic multiplié par quatre sur l'axe Seine, par huit sur le Rhône…
Economique par sa capacité de tonnage, fiable par la sûreté de ses acheminements et sa ponctualité, la voie d'eau propose des solutions adaptées aux nouvelles exigences en matière de transport : compétitivité pour des marchandises de gros volume (pondéreux, matériaux de construction, céréales…), fiabilité pour des logistiques plus pointues, comme le transport de conteneurs ou de matériaux dangereux. Considéré par 55 % des Français comme le plus respectueux de la nature, il apporte du même coup une réponse concrète aux orientations définies par le protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 Comment le transport fluvial peut-il contribuer au développement local ?
La collectivité traversée par une voie d'eau dispose d'un itinéraire de substitution diminuant d'autant la pression du trafic routier sur son territoire. Cependant, pour bénéficier pleinement de l'apport du mode fluvial, les collectivités doivent disposer d'interfaces entre la voie d'eau et l'espace terrestre (embranchement fluvial, quai de chargement ou de déchargement de marchandises, plate-forme multimodale…) permettant aux entreprises implantées sur leur territoire de bénéficier de ce mode alternatif.



Retour accueil
 

Crédits - Questions Réponses - Plan du site - Mentions légales