Voie d’eau, voie d’avenir

Voies navigables de France est créé en 1991 sous l’impulsion de Michel Rocard, alors Premier ministre. L’établissement succède à l’Office National de la Navigation (ONN). Sa création repose sur la nécessité de reconquérir le réseau fluvial, tant pour l’alimentation en eau des populations, des terres agricoles et du secteur industriel que pour le développement du transport, du tourisme et des loisirs. Le vote de son nouveau statut en 2012 crée au 1er janvier 2013 le nouvel établissement public administratif Voies navigables de France, qui intègre désormais les services de l’État gérant les voies navigables, notamment les anciens services de navigation notamment. VNF comprend ainsi sept directions territoriales et un siège à Béthune (62).

Le transport par voie d’eau a été le seul mode de transport de fret significatif pendant des millénaires. Et les implantations humaines montrent bien que notre civilisation est fluviale. Après l’utilisation d’abord des cours d’eau naturels, l’homme va les aménager et même créer des voies artificielles surtout à partir du XVIème siècle. Le réseau français va se développer jusqu’au XIXème siècle, mais ne se modernisera pas suffisamment au XXème. L’État jacobin mélange toutes les compétences et ce n’est que dans les années 80 que l’on identifie les différents maîtres d’ouvrages, en pensant d’abord aux routes et à la décentralisation. Puis les années 90 voient naître les grandes lois environnementales, enfin à bonne échelle et témoignant de notre sensibilité accrue au patrimoine collectif.

De l’ONN à l’Établissement public industriel et commercial VNF

Dans ce contexte, pour faire entrer la voie d’eau dans le XXIème siècle, il fallait un maître d’ouvrage aux voies navigables, ce sera Voies navigables de France, Établissement public industriel et commercial (EPIC) créé en 1991. Pour trancher avec ses bases issues de l’Office National de la Navigation, l’arrivée de VNF à Béthune en 1995 permettra de mieux l’identifier, et VNF devient une personnalité reconnue avec les volets fluviaux des CPER à partir de 2000, et la signature avec l’Etat en 2004 du Contrat d’Objectifs et de Moyens 2005-2008.

La création de l’Établissement public administratif VNF

L’attribution de la taxe hydraulique lui donne une petite autonomie financière, mais VNF continue de s’appuyer sur les services de l’État, essentiellement les services de navigation.

Une étape décisive est franchie avec le vote du nouveau statut en 2012 qui crée au 1er janvier 2013 le nouvel établissement public Voies navigables de France qui intègre désormais les services de navigation et les quelques autres services de l’État qui géraient les voies navigables. VNF comprend ainsi sept directions territoriales qui complètent son siège de Béthune.

VNF, un acteur incontournable de la transition écologique

VNF assure l’exploitation, l’entretien, la maintenance, l’amélioration et l’extension d’un réseau de 6 700 km de voies navigables, véritable “outil de travail”, afin d’apporter à chacune des catégories de ses usagers le niveau de service qu’il lui garantit.

Mais l’Établissement n’est pas seulement le gestionnaire de ces infrastructures : il en est également le promoteur des usages. Celui, d’une part, d’un transport fluvial complémentaire des autres modes de transport et contribuant au report modal, d’autre part d’un usage raisonné et équitable des ressources en eau, et enfin du développement durable et de l’aménagement du territoire, notamment par la sauvegarde des zones humides et des aménagements nécessaires à la reconstitution de la continuité écologique, la prévention des inondations, la conservation du patrimoine et la promotion du tourisme fluvial, fluvestre, et des activités nautiques.

Au titre de la valorisation de son patrimoine et de sa contribution à la production d’énergies renouvelables, VNF développe également l’exploitation de l’énergie hydraulique.

En promouvant un moyen de transport peu nuisant et économe en énergie, en participant au développement des territoires et au tourisme vert, en gérant la ressource en eau pour répondre à tous ses usages, VNF est un acteur incontournable du développement durable et de l’adaptation au changement climatique.

La nouvelle loi d’orientation sur les mobilités (LOM) institue la signature avec l’Etat d’un Contrat d’Objectifs et de Performance qui confortera clairement l’action de VNF et la modernisation de la voie d’eau pour les dix ans à venir.

Aller en haut de la page