La régénération du réseau et la modernisation des méthodes d’exploitation

Opérateur national, Voies navigables de France assure un service public essentiel aux usagers du réseau fluvial, via l’entretien, la régénération et la modernisation du réseau. Ancien et vivant, ce réseau est aujourd’hui fragile, plus encore face aux aléas climatiques. VNF organise la régénération et la modernisation du réseau des voies navigables qui lui est confié par l’État, de façon structurée en lien avec les collectivités locales et les partenaires qui partagent cette ambition fluviale.

La régénération du réseau : un enjeu crucial accéléré par le changement climatique

Depuis sa création, Voies navigables de France concentre ses efforts sur la fiabilité et la sécurité du réseau fluvial et sur l’amélioration de sa performance au service des usagers et des activités économiques qu’il génère. Dans ce but, l’Établissement reconstruit et modernise les ouvrages de navigation (barrages, écluses…), automatise et sécurise leur fonctionnement et leur entretien.

Les besoins en termes d’investissements sont importants. Le Conseil d’orientation des infrastructures (COI) l’a bien mis en évidence dans son rapport publié en 2018.

Les crises climatiques, de plus en plus nombreuses, accentuent la vulnérabilité du réseau fluvial qui nécessite des programmes de régénération importants et coûteux, les ouvrages de grand gabarit datant des années 1960-1970, ceux de petit gabarit en très grande majorité du XIXe siècle.

En 2018, 148 M€ d’investissements d’infrastructures ont été réalisés, dont 34,6 M€ pour la remise en état du réseau à grand gabarit et 30,7 M€ pour la modernisation des méthodes d’exploitation.

La modernisation de l’exploitation du réseau : l’avenir de la voie d’eau

Voies navigables de France gère le plus grand réseau de voies navigables d’Europe. Certains ouvrages ont plusieurs siècles, certains sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco, d’autres ont été modernisés. Beaucoup sont encore exploités dans leur état initial, ne permettant pas aux usagers de les traverser au gré de leurs envies. L’optimisation du service est une préoccupation constante de VNF, agissant aux côtés des professionnels du transport et des acteurs des territoires.

La modernisation de l’exploitation est au cœur du réseau afin de garantir un service optimal pour les usagers de la voie d’eau. La connaissance de l’état du réseau en temps réel est primordiale. Pour cela, VNF s’appuie sur des applicatifs d’informations en constante évolution tels que :

  • l’AIS (Automatic Identification System : indentification et géolocalisation des bateaux) ;
  • la télécommande nationale VNF ;
  • la gestion du trafic à court et moyen terme (SGTF : Système de Gestion de Trafic Fluvial).

D’autres dispositifs modernes sont également déployés sur le réseau, comme :

  • L’automatisation des écluses à petit gabarit, avec réarmement vidéo à distance : elle doit permettre aux usagers de franchir les ouvrages de manière autonome et d’être dépanné rapidement en cas de dysfonctionnement ;
  • La téléconduite des ouvrages de navigation : elle doit quant à elle permettre d’améliorer l’offre de service sur le réseau par la gestion coordonnée des ouvrages à distance et notamment d’augmenter les horaires d’ouverture des écluses.

La géolocalisation des bateaux en temps réel

L’AIS (Automatic Identification System) est un système radio d’identification et de géolocalisation utilisé par les bateaux maritimes. Ce dispositif de positionnement et de recueil d’informations a été étendu au trafic fluvial au cours des années 2000.

Sur les bateaux équipés d’AIS, un transpondeur installé à bord détermine la localisation du navire par le biais d’une antenne GPS, puis communique par radio VHF la position et les informations du bateau aux autres unités naviguant dans sa zone. L’échange d’informations est mutuel : le transpondeur reçoit les informations des autres bateaux et émet ses propres informations. Le système constitue ainsi une aide à la navigation pour le batelier qui dispose d’une vue des navires alentours.

Parallèlement, des stations terrestres fixes installées près des linéaires recueillent les messages AIS émis par les bateaux, puis les transmettent à un centre serveur alimentant les applications qui diffusent et tirent profit de ces informations. L’ensemble permet notamment à VNF de disposer, en temps réel, d’une vision globale du trafic sur son réseau et d’optimiser certains travaux d’exploitation (éclusage, …).

La télécommande nationale VNF

La télécommande nationale VNF doit permettre aux usagers des écluses à petit gabarit une autonomie de navigation accrue. Sa future mise à disposition nominative doit permettre de limiter la logistique de prêt et reprise actuellement pratiquée.

Cette télécommande permet aux usagers de bénéficier d’un meilleur confort de navigation : qualité des communications jusqu’à l’écluse (300m en canal et 700m en rivière), report des feux de navigation, messages textuels de confort, …

La gestion du trafic à court et moyen terme

Elle vise à améliorer la prise en compte des arrivées aux ouvrages en réalisant des prévisions horaires d’arrivée. Cette gestion est complétée par une visualisation complète de la voie d’eau : cotes d’eau et débits, visualisation de la disponibilité des ouvrages, cartographie des avis à la batellerie

Grâce à cet outil, VNF dispose d’un recueil d’informations important qui peut être communiqué par radio aux usagers de la voie d’eau.

Balise : l’exploitation moderne du réseau fluvial

Aller en haut de la page