Cette année, la Saône à grand gabarit connaît un chômage du 6 au 15 mars. Cette période, au cours de laquelle le passage aux écluses est arrêté pour les bateaux de commerce et de tourisme, est l’occasion pour VNF de mener plusieurs chantiers d’entretien, de maintenance et de régénération d’équipement.

À Ecuelles (Saône et Loire), c’est l’heure du diagnostic décennal du sas de l’écluse avec une inspection de la partie mécanique, du génie civil et de protection anticorrosion de l’ouvrage. Le bajoyer (paroi latérale de l’écluse) en rive gauche sera réagréé en sa partie supérieure afin de garantir la sécurité de la circulation des équipes VNF et des usagers.

À Couzon-Rochetaillée (Métropole de Lyon), il sera notamment procédé au remplacement des vannes permettant de remplir ou de vider le sas, au renouvellement des équipements de la porte de secours de l’écluse (en prévision du changement de la porte amont programmé lors du chômage 2024) ainsi qu’à la mise au standard des automates de l’écluse.

À noter également la poursuite de travaux de mise en peinture réglementaire des équipements des écluses de Seurre, Ormes et Dracé.

La Grande Saône en Bref

  • La Saône à grand gabarit, de Saint-Jean-de-Losne à Lyon est régulée par cinq barrages à clapets, qui maintiennent un niveau d’eau permettant même en période d’étiage le développement de la navigation (commerce et tourisme), la pratique des loisirs nautiques, ainsi que l’alimentation en eau des populations et du monde agricole. La largeur du chenal atteint 40 mètres pour un mouillage de 3.5 mètres.
  • Cinq écluses permettent le passage de convois poussés de marchandises et des paquebots fluviaux, en plus des petits bateaux de tourisme.
  • Les marchandises transportées par voie d’eau sont principalement des sables et des graviers, des combustibles, des produits pétroliers et des céréales. Cela représente près de 2 100 000 tonnes. De nombreuses études montrent que les trafics fluviaux sur la Grande Saône pourraient au moins doubler à horizon 2030 tant pour les filières traditionnelles (matériaux de construction, agroalimentaires, énergies…) que pour les filières spécifiques (colis lourds, déchets ultimes, logistique urbaine, économie circulaire, matières dangereuses).
  • Le tourisme fluvial est important avec la présence de plus de 2 000 anneaux (en comptant la petite Saône) et le développement des paquebots fluviaux. 26 paquebots fluviaux sont actuellement en circulation sur l’axe Saône Rhône avec une capacité de 93 000 passagers. Afin d’accueillir les plaisanciers, la Saône est aménagée de nombreuses haltes fluviales.
  • Le Val de Saône abrite également de nombreuses associations sportives proposant des activités nautiques en lien avec la Saône (canoë-kayak, ski-nautique, aviron, voile et motonautisme..).
Aller en haut de la page