Tous mobilisés pour préparer l’avenir du Val de Saône face au changement climatique !

VNF, gestionnaire de la grande et de la petite Saône, a naturellement répondu présent pour nourrir et éclairer la grande concertation publique autour des enjeux et défis du dérèglement climatique pour le Val de Saône.

“Ça Saône” un événement partenarial

Lancée en 2021 par le comité de rivière Saône, l’EPTB Saône et Doubs et l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, cette démarche ambitieuse de sensibilisation connaît un point d’orgue avec la tenue le 3 février d’un événement en ligne baptisé  “Ça Saône” réunissant tous les acteurs concernés. Elus, experts, établissements publics, professionnels des secteurs agricole et industriel, usagers de la voie d’eau, membres de la société civile réfléchiront tous ensemble pour définir et initier une vision à 15-20 ans de l’aménagement de la vallée de la Saône alors que s’intensifie le réchauffement et se multiplient les phénomènes de sécheresses et d’inondations. Un livre blanc synthétisera les grands objectifs à atteindre qui se déclineront en actions à mener.

Gestion de l’eau et développement des activités

Partenaire historique de l’EPTB Saône et Doubs, VNF a la particularité d’être le seul autre acteur présent sur l’ensemble du linéaire et disposant d’une expérience unique en matière de gestion des quantités d’eau mais également de développement des activités économiques (transport, tourisme) et de loisirs sur la Saône.

Grâce à une vingtaine d’ouvrages de régulation (barrages de navigation fixes ou mobiles) qui maintiennent un niveau d’eau même en période d’étiage, VNF assure en effet la navigation des bateaux de commerce et de tourisme, la pratique des loisirs nautiques, et contribue par le soutien des nappes alluviales à l’alimentation en eau des populations et du monde agricole. En période de crue, les ouvrages sont totalement « effacés » et ne font pas obstacle à l’écoulement des eaux. A partir de 2025, l’ensemble des ouvrages étant gérés à distance depuis un seul centre situé Chalon, l’établissement connaîtra en temps réel et très finement la situation hydraulique de la Saône, ce qui permettra de meilleurs échanges avec ses partenaires, clients et usagers de la voie d’eau.

Au quotidien, VNF doit déjà faire face à l’accélération des phénomènes de crues y compris en période estivale et d’étiage, avec des conséquences sérieuses sur la navigation (limitation, interdiction, regroupements aux écluses…) et sur les ouvrages qui sont mis à mal (embâcles, fragilisation du génie civil…).  Le dérèglement climatique favorise également la prolifération des espèces exotiques envahissantes qui menace la biodiversité, la navigation et la gestion hydraulique, et impose de mener opérations de faucardage (curatifs) mais également réfléchir à des techniques préventives.

 

<p>Face au changement climatique, faisons résonner les enjeux du Val de Saône pour des engagements porteurs d’avenir !</p>

La Saône en bref :

  • La Petite Saône, de Corre à Saint-Jean de Losne, au gabarit Freycinet (petit gabarit) : la voie navigable est ponctuée de 22 barrages, privés ou publics (seuils fixes, 14 ouvrages mobiles) et de 22 écluses permettant principalement le passage de petits bateaux de tourisme. Le chenal navigable atteint une largeur maximale de 15 mètres pour un mouillage de 2.2 mètres.
  • La Grande Saône, de Saint-Jean-de-Losne à Lyon, régulée par cinq barrages à clapets et aménagée à grand gabarit (gabarit européen). La largeur du chenal atteint 40 mètres pour un mouillage de 3.5 mètres. Cinq écluses permettent le passage de convois poussés de marchandises et des paquebots fluviaux, en plus des petits bateaux de tourisme.
  • Les marchandises transportées par voie d’eau sont principalement des sables et des graviers, des combustibles, des produits pétroliers et des céréales. Cela représente près de 800 000 tonnes. De nombreuses études montrent que les trafics fluviaux sur la Grande Saône pourraient au moins doubler à horizon 2030 tant pour les filières traditionnelles (matériaux de construction, agroalimentaires, énergies…) que pour les filières spécifiques (colis lourds, déchets ultimes, logistique urbaine, économie circulaire, matières dangereuses).
  • Le tourisme fluvial est important avec la présence de plus de 2 000 anneaux et le développement des paquebots fluviaux. 23 paquebots fluviaux sont actuellement en circulation sur l’axe Saône Rhône avec une capacité de 93 000 passagers. Afin d’accueillir les plaisanciers, la Saône est aménagée de nombreuses haltes fluviales.
  • Le Val de Saône abrite également de nombreuses associations sportives proposant des activités nautiques en lien avec la Saône (canoë-kayak, ski-nautique, aviron, voile et motonautisme..).

 

Aller en haut de la page