Zoom sur le bassin de Seine

Le réseau VNF du bassin de la Seine assure un peu plus de la moitié du transport de marchandises par voie fluviale au niveau national. Par ailleurs, il fait partie intégrante du projet de liaison européenne Seine-Escaut dont l’objectif est de relier la France aux ports maritimes et fluviaux du nord de l’Europe (Belgique et Pays-Bas), tout en augmentant la capacité et l’attractivité de la voie d’eau pour répondre à l’enjeu majeur d’accélération du report modal. Il s’agit donc d’un réseau structurant qu’il convient de rénover, développer et moderniser afin d’en faire une alternative de transport crédible et durable.

Des investissements pour fiabiliser et moderniser les ouvrages de navigation

A l’échelle du bassin de la Seine, on dénombre plus de 370 ouvrages et infrastructures de navigation tels que des écluses, des barrages, des pont-canaux, des tunnels….Toutefois, une partie de ce patrimoine nécessite d’être adaptée à l’augmentation des flux et à l’évolution de la capacité grandissante des bateaux.

Aussi, VNF a lancé d’importants programmes d’investissements pour renforcer la fiabilité du réseau et garantir un niveau de service optimal pour tous les usages de la voie d’eau, comme le transport de marchandises, la gestion hydraulique (notamment la gestion de la ligne d’eau via les barrages et la gestion des points de captage en eau potable), le tourisme, la production d’énergie. La modernisation des ouvrages permet également d’améliorer les conditions de travail et de sécurité des agents d’exploitation et d’optimiser l’entretien et la maintenance des ouvrages.

Les efforts sont particulièrement soutenus sur les écluses et les barrages de la Seine et de l’Oise, itinéraires à forts enjeux commercial et touristique.

Dans ce cadre, l’Oise a fait l’objet d’un important projet d’aménagement entre 2000 et 2011 qui a abouti à la rénovation de 14 écluses et la reconstruction de 7 barrages pour un montant avoisinant les 109 M€ TTC.

Sur la Seine, plusieurs barrages ont été reconstruits comme ceux de Chatou (2012 ; 69 M€ TTC), du Coudray-Montceaux (2013 ; 43 M€ TTC) ou encore de Vives-Eaux (2018 ; 40 M€ TTC). Des opérations ont également eu lieu pour restaurer les écluses principales de la Seine en amont de Paris et certaines écluses de la Seine aval de Paris.

Le programme de fiabilisation et de modernisation des ouvrages se poursuit dans le cadre des Contrats de Plan Etat Régions (CPER) 2015-2020 et de la mise en place du projet Seine-Escaut. Les principales actions à venir sont la rénovation et l’allongement des écluses de Méricourt, la régénération des barrages de Poses et Port-Mort, la rénovation des écluses de Bougival, la reconstruction du barrage de Meaux ou encore la remise en navigation de la Sambre canalisée et du canal de la Sambre à l’Oise.

Trois grands projets structurants pour développer le transport fluvial

En parallèle, trois grands projets de développement sont actuellement en cours d’études et s’inscrivent dans la stratégie du nouveau corridor européen de fret fluvial, Seine-Escaut : le canal Seine-Nord Europe, le projet de mise au gabarit européen de l’Oise (MAGEO) et le projet Bray-Nogent.

Des projets de téléconduite des ouvrages pour moderniser l’exploitation

VNF Bassin de la Seine s’engage également dans la modernisation de ses méthodes d’exploitation avec le développement de la téléconduite des ouvrages. Il s’agit de regrouper au sein d’un Poste de Commandes Centralisé (PCC) la gestion de plusieurs ouvrages (écluses, barrages), en assurant les manœuvres à distance et en régulant le trafic fluvial.

Outre la régulation du trafic, cette modernisation de l’exploitation permet d’élargir les horaires d’ouverture des écluses sur des secteurs à enjeux pour le fret fluvial et ainsi offrir aux bateaux de commerce davantage de rotations et plus de compétitivité.

Depuis 2017, le PCC de Mouy-sur-Seine gère à distance les écluses de la Petite Seine entre Marolles et Beaulieu. Les écluses du canal du Nord sont téléconduites depuis mai 2018 (2 écluses par PC) et les écluses de la Marne entre Neuilly-sur-Marne et Noisiel depuis le 1er avril 2019.

VNF prévoit à court terme d’autres projets de téléconduite notamment sur la Seine aval entre Chatou et Bougival.

Contactez-nous

VNF vous accompagne dans vos projets et démarches

Aller en haut de la page