La restauration des plantations du canal du Midi

Voies navigables de France est engagé dans la lutte contre la propagation de la maladie du chancre coloré sur les plantations du canal du Midi.

Le maintien et la reconstitution de la voûte arborée sur la base d’essences appropriées constituent une priorité majeure pour le développement et l’essor du canal du Midi

VNF est maître d’ouvrage du Plan de restauration des plantations et des berges du canal du Midi et bénéficie du soutien financier des collectivités territoriales et du mécénat, mis en place en 2013 par VNF, auprès des entreprises et du grand public.

Le chancre coloré du platane

Probablement introduit en France en 1945, par les caisses de munition en bois infecté en provenance des États-Unis, le chancre coloré du platane est une maladie provoquée par un champignon microscopique (“Ceratocystis platani”) qui s’attaque exclusivement aux platanes. Il pénètre au cœur de l’arbre sain, bloque les canaux de sève et le tue en 2 à 5 ans seulement. Le chancre coloré du platane est totalement inoffensif pour les animaux et les hommes.

Sur le canal, où en est-on ?

Le canal est un milieu particulièrement sensible. Le transport des spores par l’eau, les coques de bateaux, les chocs sur les racines pendant les manœuvres ou l’amarrage des bateaux directement aux arbres, malgré l’interdiction, sont autant de vecteurs de propagation du chancre.

Le premier foyer de chancre coloré a été identifié, en 2006, sur les platanes du canal du Midi, sur le bief de Villedubert (Aude).

Lutter contre l’extension de la maladie

La lutte contre la propagation de la maladie du chancre coloré du platane s’inscrit dans le cadre national des arrêtés ministériels (31 juillet 2000 et 22 décembre 2015) qui fixent les prescriptions scientifiques et techniques visant à limiter la dispersion de la maladie sur le territoire national.

Ces suspicions doivent de toute façon être confirmées par les autorités et les services spécialisés, notamment ceux en charge de la protection des végétaux, avant d’engager toute opération.

Des abattages sont ensuite réalisés durant l’hiver, conformément aux prescriptions réglementaires et en concertation avec les communes concernées afin de fixer un périmètre déterminé autour des arbres infectés.Des chantiers de neutralisation de la maladie sont organisés, en deux campagnes (printemps et automne de chaque année) pour tenir compte de la biodiversité du canal.

Les mesures sanitaires sont destinées à éviter la propagation des spores contaminés.

200 M€ pour la restauration des plantations du canal du Midi

La restauration des plantations

Depuis 2012, VNF met en oeuvre un programme de restauration des plantations et des berges du canal du Midi.

Pour élaborer ce projet d’envergure, à la hauteur du temps et de la valeur de l’ouvrage, VNF s’est entouré d’équipes pluridisciplinaires réunissant des spécialistes, des scientifiques et d’experts dans les domaines patrimonial et historique, arboricole et paysager.

Répondant à des exigences patrimoniales et paysagères fortes, le projet est bâti sur des principes forts :

  • choix de sujets de grande taille restituant, à terme, l’effet de colonnade et de voûte arborée;
  • respect de l’espacement des arbres tel qu’aujourd’hui (7 à 8 m);
  • maintien ou restauration d’une symétrie sur les deux rives;
  • homogénéité des essences sur de grands tronçons;
  • alignements favorisés au maximum;
  • transparence préservée ou restituée sur les écluses.

Pour conserver son caractère unitaire au canal, limiter les risques de pandémie (essence unique) et créer des motifs paysagers cohérents avec la valeur des ouvrages, ce projet complexe s’articule autour :

  • d’une essence ’’jalon’’, remplaçante du platane, plantée par grandes sections d’un bout à l’autre du linéaire et occupera 40 % de celui-ci. Le chêne chevelu a été retenu;
  • d’essences choisies parmi des espèces déjà éprouvées dans les régions traversées, de port adapté et de 20 à 30 m de hauteur, s’intercalant entre le secteurs occupés par l’essence « jalon »;
  • de ’’ponctuations’’ aux écluses et ouvrages, structures arborées particulières inspirées de celles présentes aujourd’hui sur le canal;
  • de projets paysagers spécifiques dans les zones urbaines où les interactions entre canal et espaces publics sont fortes.
Aller en haut de la page