L’allongement de l’écluse de Quesnoy-sur-Deûle

Voies navigables de France poursuit le projet de modernisation du site éclusier de Quesnoy-sur-Deûle, à travers les travaux d’allongement de l’écluse et de la réalisation d’aménagements annexes (franchissements piscicoles, stations de pompage, équipements…).

 

Le projet d’allongement de l’écluse de Quesnoy-sur-Deûle, située sur l’axe Deûle-Lys, s’inscrit dans le grand programme européen Seine-Escaut, visant à aménager un véritable corridor fluvial reliant le bassin de la Seine aux réseaux du Nord, du Pas-de-Calais et de la Belgique. Il permettra ainsi de donner un accès aux ports de la Mer du Nord (Dunkerque et Anvers notamment). Il est indispensable pour accueillir des péniches à grand gabarit, sur un axe économique majeur pour le fret fluvial.

Les travaux d’allongement de l’écluse débuteront au premier semestre 2023 et dureront jusqu’au second semestre 2025 avec un premier temps fort en octobre 2023 : un chômage de l’écluse de 3 semaines pour permettre de préparer l’allongement de l’écluse.

 

Pourquoi allonger l’écluse ?

L’objectif de cette opération est de permettre au site de doter l’écluse d’un longueur homogène avec les autres écluses de l’itinéraire à grand gabarit qui mesurent toutes 144,6 mètres, contre 110 mètres pour celle de Quesnoy-sur-Deûle. Ce projet permettra également d’absorber les augmentations de trafic fluvial.

De plus, VNF souhaite réduire la vulnérabilité de l’écluse aux périodes d’étiage sévère (plus couramment appelée sécheresse). L’installation d’une station de pompage et un maintien en activité de la porte actuelle et préparée permettront des économies de consommation d’eau. Enfin, l’écluse sera modernisée et préparée à la mise en téléconduite. Cela passera par une réhabilitation des bâtiments et du poste contrôle-commande.

Rétablir la continuité piscicole pour le respect de la biodiversité

Afin de rétablir la continuité piscicole au droit du site éclusier, Voies navigables de France s’est engagé à réaliser des aménagements à partir de début 2024, débuteront les travaux de construction des franchissements piscicoles.

D’une part, au niveau de la rive droite, la création à l’aval d’une passe dite « à bassin à seuils déversant », et à l’amont d’une passe appelée « à macro rugosité ». Ces deux franchissements piscicoles seront reliés hydrauliquement par l’étang de Dewasier, permettant aux poissons de remonter le cours de la Deûle. Cette conception permettra d’attirer les poissons (courant d’attrait) ; de présenter des conditions hydrauliques compatibles avec les capacités de nage des espèces cibles ; de proposer des zones de repos aux poissons qui remontent l’ouvrage.

D’autre part, au niveau de la rive gauche sera implanté un ouvrage spécifique aux anguilles, qui seront naturellement attirées de ce côté par les remous du barrage et pourra ainsi remonter par reptation depuis l’aval, via la conduite et la rampe à macro plots.

<p>En rive droite :</p> <p><strong>PASSE A BASSINS A SEUILS DEVERSANTS A L&#8217;AVAL</strong></p>

<p>En rive droite :</p> <p><strong>PASSE A MACRORUGOSITE A L&#8217;AMONT</strong></p>

<p>En rive gauche :</p> <p><strong>PASSE A ANGUILLES</strong></p>

Optimiser la ressource en eau

Une station de pompage sera réalisée pour garantir la gestion hydraulique de l’écluse et des biefs attenants. En effet, afin que les bateaux puissent circuler tout au long de l’année sur son réseau, VNF régule l’alimentation en eau des canaux en fonction des variations saisonnières et gère la ligne d’eau à l’amont des écluses grâce aux barrages et en cas de besoin réalimente le bief amont grâce à des stations de pompage, ce qui permet de maintenir la navigabilité du réseau même lors des périodes critiques.

Le barrage de régulation existant, construit en 2010, permet ainsi de gérer de manière efficace les crues centennales (débits jusqu’à 125 m3/s). La station de pompage, qui va être construite dans le cadre des travaux d’allongement de l’écluse, permettra de gérer les étiages même très sévères (débits de la Deûle en deçà de 3,5 m3/s) en faisant transiter de l’eau du bief aval vers le bief amont.

De plus, le maintien de la porte intermédiaire (porte aval actuelle) permet de réduire le volume d’eau nécessaire au passage des bateaux de manière plus quotidienne. En effet, selon la taille des bateaux qui se présentent à l’écluse, l’utilisation du sas de 110 m permettra en effet une réduction de près d’un quart du volume d’eau par rapport au sas allongé de 144.6 m. Plus globalement, 3 configurations seront possibles : petit sas (d’une trentaine de mètres), moyen sas (de 110 m) et grand sas (de 144.6 m) ce qui permet une meilleure optimisation des bassinées en fonction du besoin et donc une réduction de la consommation d’eau même avec une augmentation du trafic fluvial.

Des équipements pour les usagers et riverains

Pour un meilleur confort des navigants et afin d’accueillir des unités plus, de nouvelles estacades (jetées qui guident les bateaux à l’entrée et à la sortie de l’écluse) seront implantées en amont et en aval, le poste de contrôle et de commande et les bâtiments seront réhabilités.

Une nouvelle passerelle piétonne sera construite pour franchir la passe à poisson aval afin d’assurer une continuité du chemin de halage le long de la Deûle en rive droite.

Ces équipements viennent en complément des travaux menés en 2021 et 2022 d’aménagement des garages d’écluse situés en rive gauche à l’amont et à l’aval immédiats de l’écluse (allongement des ouvrages existants de 110 m à 300 m) afin d’accueillir plus de bateaux en attente du passage à l’écluse.

 

Intégration environnementale du projet

Le projet est réalisé en grande majorité sur le domaine public fluvial, et traverse un environnement naturel et riche, notamment avec la présence d’une faune, d’une flore et d’habitats diversifiés, de paysages appréciés et fortement fréquentés par les promeneurs, VNF appliquera la démarche ERC (Eviter, Réduire, Compenser), afin de limiter les impacts du projet, en phase travaux, tout comme en phase d’exploitation.

Ainsi les travaux seront exécutés hors des périodes de sensibilité de la faune et de la flore afin d’éviter et de réduire les impacts.

La roselière impactée par les travaux sera transplantée à proximité sur une surface plus étendue et les arbres impactés feront l’objet d’une compensation sous la forme de haies bocagères sur une pâture plus à l’aval (ancien terrain de dépôt de VNF sur la commune de Deûlémont).

La pose de gites à chiroptères permettra de remplacer les abris potentiels détruits sur site de manière provisoire (les arbres replantés prendront ensuite le relai).

Compenser et accompagner

En accompagnement de ces mesures, la revégétation du site inclut la plantation :

  • de 700 m² de plantes hélophytes autour des passes à poissons,
  • arbres le long de la passe à poisson aval et de la rive gauche et 25 chênes en centre-ville de Quesnoy-sur-Deûle,
  • de 30 mètres linéaires de haies arbustives au niveau de la passe-à-poisson aval,
  • de 115 mètres linéaires de ripisylves le long de la becque Dewasier
  • de 2 800 m² de prairie et d’espaces verts sur l’ensemble du site

Parallèlement, l’aménagement des berges sera accompagné de la réimplantation de l’angélique vraie (espèce protégée) sur les berges impactées (au niveau des passes à poissons).

Des impacts limités pour les riverains

Une attention particulière est portée à la maîtrise et à la réduction des incidences potentielles pour les riverains. Afin de limiter les nuisances, de nombreuses mesures sont prévues, telles que :

  •  L’utilisation préférentielle de la voie d’eau pour les approvisionnements et l’évacuation des matériaux du chantier
  •  La limitation de la plage de travaux courants en journée et des restrictions sur les horaires des travaux bruyants (battage par exemple)
  • La définition de seuils et mesure des bruits et vibrations possibles afin de mener des actions correctives si nécessaire durant les phases sensibles
  • L’arrosage des pistes pour limiter la dispersion de poussières

En période d’arrêt de navigation, les horaires de chantier seront augmentés, avec des travaux autorisés 24h/24 mais les travaux bruyants limités sur la période nocturne.

Les arrêts de navigation nécessaires à la réalisation des travaux (sur les 3 années) sont :

  • 6 week-ends (1 début avril 2023 puis 3 en aout et 2 en aout 2024)
  • 11 semaines (3 en octobre 2023, 5 en septembre 2024 et 3 en mars 2025

Pour en savoir plus :

Coût du projet

Après les travaux déjà réalisés en 2021 et 2022 sur les aménagements des garages d’écluse, les travaux sur le site de l’écluse de Quesnoy-sur-Deûle se poursuivront sur les trois prochaines années. L’écluse allongée et l’ensemble des ouvrages associés seront mis en service fin 2025.

Le montant global d’opération de 43 M€ bénéficie de la participation de la Région Hauts de France (CPER) et de l’Europe (MIE 1 et 2 au titre du réseau Seine-Escaut).

Acteurs du projet

  • Maître d’ouvrage : Voies navigables de France
  • Maître d’œuvre : BRL/ Valétudes / Otéis
  • Bureaux d’études environnement : Ixsane/Auddicé

Entreprises en charge des travaux : groupement Bouygues Travaux Publics Région France, Baudin château neuf et Baudin château neuf metalnord.

Aller en haut de la page